Quatre leçons de la Quatrième réunion annuelle du partenariat de l'AFR100

Par le Secrétariat de l'AFR100

Pendant quatre jours à Accra, au Ghana, plus de 20 pays africains ont dirigé la Quatrième réunion annuelle du partenariat AFR100 avec l’appui des partenaires techniques et financiers de l’Initiative.

Avec le soutien exceptionnel du Ministère de l’environnement, de la science, de la technologie et de l’innovation du Ghana, de la Environmental Protection Agency et de la Forestry Commission, les participants ont visité la forêt Achimota et les zones humides de Densu, que le programme jeunesse du boisement est en train de restaurer. Au cours des sessions, de riches discussions ont eu lieu sur la mesure des progrès, la communication des expériences réussies et le rôle des jeunes dans le mouvement de restauration de l'Afrique dirigé par l'AFR100.

Au Ghana, le Secrétariat de l'AFR100 et ses partenaires ont décidé que:

  1. Le temps presse. Vingt-huit pays et partenaires africains se sont engagés à atteindre un objectif audacieux. Grâce à l'AFR100, nous nous sommes engagés en 2015 à transformer 100 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030. Mais le temps presse, et il ne reste que dix ans. Et bien que nous ayons progressé, nous ne restaurons pas encore les terres assez rapidement. 
  2. Les partenaires de l'AFR100 doivent se tenir mutuellement responsables. La responsabilité incombe à chacun d’entre nous - le Secrétariat, les pays membres et les partenaires - d’agir. L'AFR100 adoptera des outils de suivi pour suivre les progrès accomplis par rapport à notre objectif. Et nous communiquerons les progrès, les leçons et les résultats.
  3. Les jeunes sont une puissante force de changement. Ils doivent être au centre de cet effort. Cinq jeunes ambassadeurs de l'AFR100 nous ont rappelé que, dans le meilleur des cas, la restauration peut relancer les communautés rurales. Nous devons encourager les jeunes à diriger l’Initiative avec leur volonté, leurs idées et leur énergie.
  4. L'AFR100 appartient à l’Afrique et est dirigée par elle, et c’est le seul moyen de réussir. Dirigée par ses pays membres, l'AFR100 travaille depuis 5 ans à jeter les bases d'une restauration à grande échelle du paysage forestier. Le travail se poursuit maintenant au niveau du paysage, où les organisations de la société civile, les entrepreneurs et les communautés locales et rurales ont un rôle vital à jouer. L’inclusion significative et la pleine participation des femmes et des filles, des hommes et des garçons sont essentielles à notre succès.

Les participants ont également convenu que les Décennies des Nations Unies sur la restauration des écosystèmes et l'agriculture familiale constituaient une excellente occasion d'accélérer les efforts visant à restaurer les paysages dégradés et déboisés en Afrique. Après la réunion, l'AFR100 a rejoint le Forum mondial sur les paysages d’Accra pour partager ses débats avec un public plus large.

Video sidebar: Blog post nodes