CIFOR

CIFOR a été fondé en 1993 en Indonésie et opère actuellement dans trois hubs, dont deux sont en Afrique - le Kenya et le Cameroun - et un est au Pérou. CIFOR est engagé dans des activités de restauration de forêts et de paysages en Afrique depuis plus de 10 ans. Actuellement, le CIFOR est engagé dans plusieurs études et projets en Afrique de l’Est, du Sud et de l’Ouest, où tous les acteurs participent à la restauration des forêts et des paysages en vue d’améliorer le bien-être humain, l’équité et l’intégrité environnementale, les forêts et des habitants. Au cours des cinq dernières années, le CIFOR a mis en œuvre 10 projets de reboisement et de restauration dans 15 pays d’Afrique. Le CIFOR dirige également le programme de recherche du GCRAI sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie, ainsi que le Global Landscapes Forum.

Certains programmes spécifiques de restauration de forêts et de paysages au Burkina Faso, au Cameroun, en République démocratique du Congo, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, en Ouganda et en Zambie sont énumérés ci-dessous :

  • Au Burkina Faso et au Ghana, CIFOR met en œuvre le projet financé par le FIDA intitulé «Renforcement de la sécurité alimentaire, des revenus et de l'équité entre les sexes des petits exploitants au sein de l'interface forêt-exploitation de l'Afrique de l'Ouest (WAFFI en anglais)». Le projet WAFFI analyse la gestion locale de l'interface forêt-exploitation (FFI) et examine la manière dont les cadres politiques traitent le contexte de la petite agriculture et de la foresterie. L'objectif de WAFFI est de favoriser l'engagement des décideurs politiques, des praticiens, des scientifiques et des experts des paysans dans des dialogues multipartites et d'utiliser les données factuelles générées par WAFFI pour définir des stratégies, des approches et des actions qui soutiennent efficacement les moyens de subsistance des petits exploitants gérant l'interface forêt-ferme pour améliorer leurs revenus et leur sécurité alimentaire.
  • Au Cameroun et en RDC, le CIFOR met en œuvre le projet "PROmouvoir et formalisation de l’exploitation artisanale du bois en Afrique centrale par une approche multi-scalaire: gestion territoriale de la ressource, gouvernance de la filière, promotion des demandes de sciages légaux" (PROFEAAC ). L'objectif général est de réduire la dégradation des forêts en améliorant la réglementation et la formalisation de l'exploitation forestière artisanale. Les projets ont deux sites pilotes au Cameroun et en RDC. Les sites du projet sont des entités juridictionnelles, où CIFOR assistera le conseil local dans la planification, y compris les activités liées à la gestion et à la restauration des forêts.
  • La RDC abrite le projet FORETS du CIFOR, qui contribue au développement intégré du paysage dans et à proximité de la réserve de biosphère de Yangambi. Il vise des objectifs spécifiques en matière de conservation et de valorisation de la biodiversité et des services écosystémiques afin de contribuer au développement durable des populations locales. Le programme englobe toute une gamme d'opportunités de développement socio-économique dans un paysage d'environ 400 000 hectares, affectant directement ou indirectement une population d'environ 1 million de personnes.
  • Conformément à l'engagement pris par le gouvernement éthiopien de restaurer les forêts et les terres agricoles dégradées, le CIFOR a entrepris une étude de deux ans, animée par plusieurs ministères, conjointement avec des institutions partenaires nationales clés, qui visait à identifier différentes régions du pays où différentes interventions de restauration avaient été tentées. Le projet visait à identifier des pratiques efficaces et des conditions favorables à la reproduction à plus grande échelle, qui ont ensuite été partagées et publiées.
  • Dans le paysage Atewa du Ghana, le projet «Gouverner des paysages multifonctionnels» (GML) adopte une approche alternative, juridictionnelle, de la gouvernance des paysages aux frontières des produits agroalimentaires et des ressources. Le CIFOR travaille par le biais de partenariats pour mobiliser des plates-formes multipartites et négocier des priorités juridictionnelles associant la protection des forêts à une agriculture durable et intensive pour de nombreux produits, notamment le cacao, le palmier à huile, les agrumes et le caoutchouc.
  • Dans le nord du Ghana et en Zambie, le projet COLANDS du CIFOR «Opérationnaliser l’approche paysagère pour la biodiversité: des politiques, des pratiques et des hommes» devrait combler l’écart entre une théorie scientifique solide sur les approches paysagères et une mise en œuvre médiocre. À travers un engagement à long terme, COLANDS vise à capturer des éléments réussis d’approches paysagères afin de développer un modèle évolutif pouvant être adopté ailleurs.
  • Au Kenya, le CIFOR met en œuvre un projet financé par le BMZ et axé sur la gestion des tours d’eau au Kenya (écosystèmes de Mau et du Mont Elgon). La recherche et les activités menées dans le cadre de ce projet sont axées sur l’inversion et / ou la minimisation de la dégradation des sols et sur la mise en place d’une gestion plus productive et plus équitable des ressources naturelles. En conséquence, il est prévu qu’au moins 78 000 hectares de forêt tropicale seront gérés de manière plus équitable et plus productive. Le CIFOR prévoit que les associations de foresterie communautaire et d’eau dans les régions de Mau et du Mont. Les écosystèmes d’Elgon augmenteront la proportion de femmes aux postes de direction de 30 à 50%.
  • En Ouganda, le CIFOR a mis en œuvre le projet financé par l’ADA et intitulé «Foresterie communautaire, genre et foncier en Ouganda: réduire l’écart entre les sexes en matière de participation». Bien que la loi sur les forêts et la politique forestière préconisent explicitement de garantir les droits fonciers des femmes et d'assurer leur participation à la prise de décisions, la mise en œuvre de ces objectifs a été un échec. Les normes, croyances et pratiques sociales entravent considérablement l’accès et le contrôle des femmes sur les ressources forestières et forestières, limitent la participation à la prise de décisions et les avantages qu’elles en retirent, et sapent les investissements dans l’utilisation et la gestion durables des ressources forestières. La gestion adaptative collaborative (ACM), qui vise à uniformiser les règles du jeu, à résoudre les conflits, à favoriser la collaboration et la négociation, et à renforcer les compétences et les capacités, est un moyen viable de promouvoir l'équité entre les sexes, même parmi les communautés fortement patriarcales et caractérisées par des pratiques sociales. qui excluent les femmes de la plantation d'arbres et de la propriété foncière. Après près de six ans de mise en œuvre de la MCA sur six sites, impliquant 110 hommes et 173 femmes, cette approche a permis de concrétiser l’égalité des sexes dans l’utilisation et la gestion des forêts, de renforcer les droits des femmes pour les forêts et les arbres et de les amener au centre de leadership dans la politique forestière locale. Cela a à son tour abouti à la restauration de 33 hectares de forêts dégradées et à l'importante plantation d'arbres à la ferme.
  • En Zambie, le CIFOR met en œuvre le projet "La foresterie paysagère sous les tropiques (LaForeT): Vers des approches politiques visant à améliorer les moyens de subsistance, la gestion durable des forêts et la conservation". Ce projet examine l'impact des instruments politiques sur les processus de déforestation et de reboisement, ainsi que sur la dynamique de l'utilisation des terres et la durabilité dans un contexte paysager. Pour comprendre comment ces instruments fonctionnent et / ou ont le potentiel de fonctionner, les composantes suivantes sont évaluées à différentes échelles spatiales et temporelles: modèles de déforestation et de reboisement, gouvernance, facteurs de changement d'utilisation des terres (moyens d'existence) et foresterie et agroforesterie durables. Le projet est mené dans trois pays sur trois continents (Afrique, Asie, Amérique du Sud) et vise à faire la lumière sur la dynamique globale dominante des paysages forestiers tropicaux.

Video sidebar: About Us & sub-pages