Malawi

Malawi flag

Le Département de la foresterie est l’institution dirigeant le développement de l’Évaluation nationale de restauration des paysages forestiers et la Stratégie nationale de restauration des paysages forestiers, avec le soutien de trois groupes de travail (État des lieux, cartographie et surveillance ; Politiques et institutions ; et Économie et finance). Ces groupes de travail comptent des représentants de plus de dix ministères et départements, ainsi qu’une représentation des académies et des organisations de la société civile.

L’USAID et les gouvernements de l’Allemagne (BMZ et BMU) et du Royaume-Uni (UKaid) sont des donateurs importants offrant un soutien technique et financier à travers le Projet de protection des écosystèmes et de restauration des forêts au Malawi (projet PERFORM) financé par USAID/Malawi, le WRI et l’UICN.

Le Malawi, petit pays enclavé dans le sud de l’Afrique, est de plus en plus touché dans les dernières décennies par la météo et les chocs climatiques, une tendance qui devrait se poursuivre à l’avenir (Évaluation de la vulnérabilité du Malawi face au changement climatique, USAID, 2013). Par exemple, la saison agricole 2014/2015 a été caractérisée par une sécheresse dans la majeure partie du pays et par d’importantes inondations localisées dans d’autres régions, entraînant de graves dommages aux cultures, une perte des actifs productifs et des pertes matérielles pour les populations touchées. S’est ensuivie une saison agricole 2015/2016 où une extrême sécheresse relative au phénomène El Niño a affecté une grande partie du pays. Comme résultat direct de ces chocs successifs, en décembre 2016, 6,5 millions de personnes (plus d’un tiers de la population) ont eu besoin d’aide alimentaire.

Les récentes sécheresses ont diminué les rendements des récoltes à 34 pour cent en dessous des rendements moyens des cinq dernières années. La sécurité alimentaire et la résilience au changement climatique sont ébranlées par une grave dégradation des terres et par la déforestation découlant de pratiques agricoles intensives et d’une récolte non durable des arbres pour l’alimentation énergétique des foyers urbains (sous la forme de charbon et de bois de chauffage). La mauvaise gestion des bassins versants supérieurs a entraîné des coupures d’eau et d’électricité qui ont un impact sur la santé humaine et le bien-être et sur le potentiel de croissance économique.

C’est dans ce contexte que le gouvernement du Malawi a pris la décision d’investir dans la restauration des paysages forestiers, qui a commencé par une évaluation pilote de la restauration des paysages forestiers dans le district de Machinga. Compte tenu des résultats, et particulièrement du potentiel que représente l’utilisation de la RPF dans le soutien au développement intersectoriel, le Malawi a exprimé son souhait de participer au partenariat AFR100 en novembre 2015, et a officiellement lancé l’Évaluation nationale de restauration des paysages forestiers en février 2016. Ce processus implique plus de 500 personnes de tout le pays, notamment pour la collecte et la vérification des données dans 27 des 28 districts du Malawi. Le rapport de l’ENRFP et la stratégie seront finalisés en 2017.

Engagement de restauration

Engagement de restauration: 
4,5 millions d’hectares
Date confirmé: 
2016
Interventions prioritaires: 
  • Technologies agricoles (agriculture de conservation, régénération naturelle gérée par les agriculteurs et agroforesterie)
  • Forêts communautaires et parcelles boisées communales/privées
  • Gestion des forêts naturelles et gestion de la plantation
  • Conservation des sols et de l’eau
  • Restauration des rivières et des berges
Alignement avec objectifs nationaux: 
  • Soutient la Deuxième stratégie de croissance et de développement du Malawi, notamment les sections : 1.0 Agriculture et sécurité alimentaire ; 6.0 Développement rural intégré ; 7.0 Irrigation de la ceinture verte et développement de l’eau ; et, 9.0 Gestion du changement climatique, des ressources naturelles et de l’environnement.
  • Soutient l’ébauche de Plan national pour la résilience actuellement dirigé par le département de la gestion des catastrophes du gouvernement.
  • Aide à augmenter le taux d’adoption des pratiques de gestion des terres et de l’eau améliorées (notamment la gestion intelligente de l’agriculture et des bassins versants) ; pour améliorer la sécurité alimentaire et de l’eau ; pour renforcer et intensifier les efforts de promotion de la reforestation des terres défrichées ; pour la protection et la gestion de la régénération des forêts et des arbres et buissons sur les terres cultivées afin d’augmenter l’approvisionnement en bois de chauffage et autres produits forestiers ; pour améliorer le stockage du carbone ; et pour améliorer les moyens de subsistance ruraux.
  • S’appuie sur les efforts actuels et passés pour atteindre les résultats REDD+, traiter la vulnérabilité, s’adapter et limiter les effets du changement climatique et dynamiser les revenus ruraux.
  • Soutient la CPDN du Malawi pour promouvoir « les systèmes d’agroforesterie dans des endroits ciblés en tant que source de biomasse et de piégeage du carbone des sols, et de planter des plantes fixatrices d’azote pour diminuer l’utilisation d’engrais ; ainsi que de réduire ou d’éliminer le labour. »
Appuis possibles d’AFR100: 
  • Assistance pour mettre en œuvre la MEOR au niveau national
  • Assistance afin d’intensifier les initiatives de restauration, notamment la communication et la portée
  • Assistance pour organiser un forum régional sur la RPF pour le sud de l’Afrique, afin de mettre en avant les initiatives de l’AFR100 et du Défi de Bonn, échanger les expériences et communiquer sur les approches efficaces pour répliquer la RPF à plus grande échelle
  • Soutien pour mobiliser les financements des secteurs public et privé afin d’intensifier la restauration dans les zones dégradées exposées aux catastrophes